• Coluche, Desproges et Balavoine seraient furieux !

    Bonsoir, chers lecteurs et amis.

     

    Ce soir, ou devrais-je dire cette nuit, encore une bafouille tout à fait trollesque, sur une réflexion personnelle. Quelque chose qui me triture l'esprit, qui me fait clapoter doucement les méninges, tel l'arrière-train d'un aoûtien dans l'eau de l'Atlantique, attendant la marée basse pour bouger son cul à l'heure du berger...

     

    Coluche, Pierre Desproges et Daniel Balavoine seraient furieux, s'ils étaient encore de ce monde aujourd'hui. Pourquoi ? Mais c'est bien simple.

     

    Déjà, à cause du lamentable inventaire de connerie télé-visuelle dès que l'on allume le poste : on ne compte plus les terrifiantes émissions de télé-réalité, les reportages orientés (à sensation, pardon), les publicités crétines, les chansons volontairement homophobes, phallocrates ou racistes, l'information en boucle ad nauseam... Je me pose la question : mais quand le peuple de France éteindra-t-il définitivement cette lanterne à conneries ? Quand est-ce que l'esprit critique, la raison, et la belle et noble culture reprendront-ils le dessus ? Jamais ? Un jour ? Je l'espère de tout cœur, en tout cas. Car, et cela se vérifie à chaque occasion que j'ai de regarder (bien malgré moi) la télévision, c'est de pire en pire chaque jour. Je pense notamment au triste accident d'hélicoptère ayant eu lieu en Argentine... La douleur des proches n'a pas empêché les sinistres journaleux d'une chaîne d'info bien connue d'aller interviewer le compagnon de Camille Muffat. Mais bon, c'est « normal », il faut du « buzz » pour le peuple... Panem et Circenses, du pain et des jeux, disait-on à Rome.

     

    Ensuite, et je ne le répéterais jamais assez, du fait de la montée irrésistible d'un certain parti à la flamme, et ce depuis l'accession au pouvoir de « la gauche molle de centre-droit libérale anti-finance » en mai 2012. Je ne trouve pas de termes assez forts pour qualifier les moutons imbéciles, les plumés et les inénarrables chemises brunes provisoirement en costard qui participent à cette déplorable comédie. A part pour leur répéter, une fois encore (bien que je doute qu'ils parcourent ce blog), que le FN ne viendra JAMAIS à leur secours. Pas pour lutter contre le chômage, ni contre le mal-logement, ni contre la crise économique, ni contre ce qu'ils appellent « grand remplacement » (la thèse selon laquelle les immigrés remplaceraient peu à peu les Français dits « de souche »), … Et ainsi de suite. Bien au contraire, en cas d'accession au pouvoir dans notre pays, ce parti et sa présidente se lanceront bien volontiers dans une politique immonde de retour au moyen âge, que ce soit au plan social, sociétal, économique, humain en général. Ne parlons pas des droits des minorités, encore moins de culture alternative, n'évoquons même pas la pensée écologiste, dont ils se foutent éperdument. Car, et je conclurai ainsi mon propos : ce parti est le parti de la bagnole, des zones pavillonnaires sans vie, du renoncement aux acquis sociaux, du crédit à la consommation, et de la répression envers « les empêcheurs de tourner en rond ».

     

    Enfin, et ce sera le dernier point : nos amis disparus, s'ils étaient encore à nos côtés aujourd'hui, verraient à leur grand désarroi que les intégrismes religieux contre lesquels ils s'érigeaient en grands défenseurs de la laïcité et de la liberté d'expression, ont hélas gangrené tout un pan de la société Française. Nous l'avons vu lors des attaques du 7 janvier dernier, et nous pouvons le vérifier à chaque « sortie » médiatique d'un représentant de chaque monothéisme. La crise économique que traverse le monde semble avoir exacerbé les ressentiments culturels et religieux, de telle sorte que de plus en plus de personnes cherchent des réponses dans la religion. Et pas forcément dans la bonne façon de pratiquer celle-ci... Si bien que la croyance revêt très souvent un caractère identitaire, voire haineux. Que penserait Daniel Balavoine des exactions innommables de Daech, que penserait Pierre Desproges des polémiques sur les caricatures, que penserait Coluche du délitement de la mission religieuse, qui est bel et bien d'aller vers son prochain, de l'assister, de l'aimer comme un frère ou une sœur ? Toutes ces belles valeurs des croyants, ces idéaux prônés par les livres sacrés, semblent s'être volatilisés d'un coup. Et bien souvent, les plus pacifistes, les plus humanistes, ne sont pas ceux à qui l'on pense en premier... Bizarrement, nous n'entendons jamais parler de nos amis Bouddhistes, qui vivent leur foi en accord avec la Nature, nous ne discutons jamais des Druidistes, qui se contentent de se réunir en forêt... Et il est rare de voir les informations évoquer l'Asatrù pour autre chose qu'un obscur « néo-nazi norvégien installé en Corrèze »... Bizarrement aussi, ni Coluche, ni Desproges, ni Balavoine, n'avaient de ressentiment ou de défiance envers les autres croyances que les monothéismes « socialement acceptés ».

     

    Alors oui, nos maîtres à penser seraient furieux de l'état de la France et du monde, aujourd'hui. Néanmoins, leur souvenir et leurs envolées resteront à jamais dans l'âme des hommes et femmes épris de liberté, d'humanisme, et d'esprit critique. Seuls, nous ne pouvons pas changer le monde, et comme je l'ai dit ici, la solution est bien souvent de commencer par se changer soi même...

     

    Bonne semaine, chers lecteurs et amis.

     

    Troll

    « Les illettrés (virtuels et réels).Teardrop, bivouac au milieu de nulle part et envie de reprendre la route... »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :