• Coup de gueule d'un automobiliste désabusé...

    Bonsoir, chers lecteurs et amis.

     

    Comme vous vous en doutez, et comme des millions de Français d'ailleurs, votre serviteur possède... une voiture. Qui plus est, diesel. Bouuuuh le vilain. Oui, je sais. Mais en même temps, mon instrument de mouvance est une simple berline, 70 chevaux pour 1,4 litre de cylindrée, et pas vraiment un foudre de guerre, même si elle a des reprises honorables. Et c'est un vrai chameau (environ 4,8 litres aux 100.) Bref.

     

    Cela dit, je dois faire, tout cumulé... 8500 kilomètres dans l'année. Oui. J'habite en ville, à 4 kilomètres du supermarché comme de mon travail, je préfère bien souvent compter sur mes seules rangers pour aller acheter mon tabac ou le journal, et je fais tout pour « grouper » les courses. Donc je consomme bien peu, en comparaison à un habitant des zones péri-urbaines non desservies par les transports en commun, lequel fait 50 kilomètres (voire plus) par jour.

     

    Mais je suis un automobiliste désabusé, et dégoûté. Pourquoi ? Pour plusieurs raisons...

     

    => L'individualisme semble être une caractéristique typique de l'homo automobilicus moyen. Je ne compte plus les priorités ou les « cédez le passage » qui m'ont été grillés, quand ce n'est pas le feu rouge ou le Stop. Pareil pour les « colle au cul » du dimanche midi, trop pressés de doubler un conducteur prudent et sa voiture peu puissante qui se « traînent » à 89 km/h sur une route... limitée à 90. Idem pour ceux qui téléphonent, consultent leurs SMS, ou regardent un film... au volant (puisque je vous dis que c'est authentique...)

     

    => L'absence de remise en question de ces automobilistes « dans leur bon droit »: jamais ils n'admettront que rouler trop vite est accidentogène. Pareil pour le téléphone, et il ne faut surtout pas être sur leur route, au risque de leur gâcher la vue... ou pire, de leur faire perdre trois minutes sur une journée de 24 heures. Ce sont évidemment les mêmes qui boivent « un petit verre de trop » (voire plusieurs), ou fument « un petit joint » avant de prendre le volant... sans se rendre compte que cela modifie gravement les réflexes et la capacité d'analyse, donc que cela provoque également des accidents.

     

    => Le modèle de la société tout entier est d'ailleurs à remettre en question : combien de zones industrielles et commerciales, combien de centre villes, sont taillés « sur mesure » pour le « tout bagnole », sans alternative possible autre que de slalomer en vélo entre les voitures garées sur la malheureuse « bande cyclable » (grand effort de « développement durable » de la ville)...

     

    Et j'en passe.

     

    Non, ce n'est toujours pas un objecteur de croissance qui vous parle. J'ai donné. J'en ai juste marre que les Français se conduisent (et conduisent) comme des panards, fassent n'importe quoi sur la route, au mépris de la sécurité et du simple bon sens. Vous le savez, j'ai été chauffeur routier en longue distance, donc j'ai vu mon quota de conneries sur la route. Et cela m'a appris à regarder partout, et à anticiper au maximum, ce que tout bon conducteur devrait faire...

     

     ==================================

     

    Maintenant, que faire ? Abandonner la voiture ? Se raisonner, en laissant les abrutis où ils sont ? Passer à la moto ou au scooter ?

     

    Abandonner l'automobile, à Guéret, c'est quasiment impossible, vu la configuration des lieux et l'éloignement des services, sans compter le relief... Et le réseau de bus est réduit à sa plus simple expression.

     

    Se raisonner ? Peut être, un jour, quand j'en aurai marre de râler.

     

    Passer à la moto ou au scooter ? Pas au gros cube en tout cas, je tiens à mon permis. Donc je me renseigne de plus en plus pour une 125. Depuis le retour de l'équivalence (permis B permettant de piloter ces motos et scooters), le marché s'est bien développé et a trouvé son public. Les machines sont en général accessibles à tous (à partir de 2000 € pour une moto 125 neuve, un peu plus pour un bon scooter), consomment bien moins qu'une voiture, et ne coûtent pas trop cher en entretien et assurance.

     

    Si je le fais un jour, ce sera une fois le traitement arrêté, avec avis favorable de mon médecin, et évidemment bien équipé. Casque, veste en cuir avec protections, gants, bottes. Je ne suis pas un matamore !

     

    Alors, ce jour là, je serai certainement un cyclomotoriste serein, en paix avec lui même...

     

    A bientôt, chers amis, au plaisir de vous lire.

     

    Troll.

     

    Coup de gueule d'un automobiliste désabusé...

     

     

    « Paganisme en sommeil...Quelques nouvelles. »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :