• Entre deux eaux...

    Bonjour, chers lecteurs et amis.

     

    Si je vous écris cette bafouille aujourd'hui, c'est parce que depuis mercredi dernier, je me sens « entre deux eaux ». Du fait de ma situation actuelle, fort instable, je ne fais plus aucun projet, je n'ai qu'un avenir incertain... Et malgré mon envie d'avancer, de botter le cul de tous ces administratifs bornés, je ressens comme un profond mal-être. Je vous explique.

     

    Si vous avez lu mes deux derniers textes, à savoir « Ras le Troll » et « Le Pays des Morts », vous n'êtes pas sans connaître les doutes qui m'habitent, quant à mon projet de devenir cariste et préparateur de commandes en logistique. Je crois en fait que je n'ai jamais autant douté de moi, depuis trois ans. Cependant, j'ai eu hier soir un mail rassurant de mon ancien psychiatre de Grenoble, lequel ne voit absolument aucune objection à ce que je devienne cariste. Alors, à ce point des choses, je pense que, si mon spécialiste actuel me reconnaît inapte, c'est qu'il est sacrément borné, ou ignorant quant à la réalité de mon état psychique et physique. Certes, j'ai pris du poids (et de fait, entamé une procédure avec un nouveau nutritionniste), je suis plus fatigué qu'avant, bien que cela tende à s'estomper, et j'ai parfois des idées bizarres. Mais, attention, je n'ai plus eu aucun symptôme de la maladie depuis que je suis sous traitement, c'est à dire depuis août 2010... Et j'ai lu récemment dans une étude sur la schizophrénie qu'un tiers des patients malades « guérissaient » au bout de 2 à 5 ans, le deuxième tiers en 10 à 20 ans, et le troisième tiers ne se rétablissait jamais... Je pense être dans la bonne partie !

     

    Je sais bien que certains neuroleptiques peuvent influer sur la vigilance, les capacités de réaction ou de réflexion... Je sais de quoi je parle, j'en prends matin et soir. Cependant, j'ai retravaillé en tant que chauffeur routier pendant un an, malgré un traitement encore plus lourd à l'époque, que maintenant. Et ce sans jamais avoir d'accident de la route. Pour vous dire... Si j'avais pu, est ce que je serai toujours chauffeur routier ? Oui, bien sûr. Mais plus dans les mêmes contraintes de stress, de « rentabilité », de « flexibilité » et autres conneries libérales. Je me serai alors contenté d'un simple poste de chauffeur en assainissement, ou benne à ordures ménagères, ou bien travaux publics ou paysagers.

     

    Et, quand bien même... Si par le plus grand des hasards, je n'étais pas reconnu apte au métier de cariste (ce dont je doute), je ne m'estimerai pas vaincu. Jamais. Bien au contraire, je pense que déjà, je quitterai définitivement et sans regrets le Limousin, pour aller faire une formation de tractoriste viticole quelque part dans le Sud-Ouest, j'ai vu que ça recrute à pleins tubes, c'est relativement bien payé, on travaille en toute saison, et qui plus est... Les formations sont prises en charge par les régions viticoles en question, et rémunérées. Comme vous voyez, j'ai encore de la ressource. Quant aux bureaucrates inutiles du Pôle Emploi et autres... S'ils m'incitent à ne rien faire, à « profiter » de ma situation au lieu de chercher délibérément à retravailler, je crois que je ne me gênerai pas pour envoyer un sacré coup de Rangers dans la fourmilière des pompes à bouzin, comme je l'ai déjà dit ici. Je ne demande qu'une chose, du travail, et tant qu'à faire du travail qui me plaise. Hors de question d'aller racler des fonds de friteuses à Mac Donald's, ou autres emplois non seulement sous payés, désagréables et sans possibilités d'évolution.

     

    Entre deux eaux...

     

    Et tiens, une petite question adressée aux bureaucrates, aux administratifs bornés, aux empêcheurs de travailler en rond : sérieusement, êtes-vous payés pour résoudre le chômage... ou pour l'aggraver ? Préférez-vous créer du travail, ou de la précarité, voire pire, de la misère ? Pensez-vous que cela soit humain, d'empêcher tant de personnes de simplement faire quelque chose de leur vie ? Je doute que les personnes concernées me lisent, mais enfin, on ne sait jamais...

     

    Pour ma part, mes rêves n'ont pas changé : un poste de cariste (ou de tractoriste viticole) quelque part, si possible dans l'Ouest, une Ford Fiesta ou une Fiat 500 et une caravane Teardrop, un appartement tout simple ou une petite maison avec un garage (pour la caravane), et ça ira bien. Et si même ça, c'est trop leur demander... Il me reste ma voix, pour leur renvoyer leur inutilité fondamentale à la gueule.

     

    Merci à vous de me suivre, à très bientôt, chers lecteurs et amis !

     

    Troll

     

    « Le Pays des Morts...La voiture à tout prix est-elle une obligation ? »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :