• J'assume mes contradictions.

    Bonsoir, chers lecteurs et amis.

     

    Si je prends le clavier ce soir, c'est pour vous faire part d'un sentiment qui naît peu à peu dans mon esprit confus par le manque de sommeil, et encore marqué par l'ancienne souffrance... La contradiction. Par exemple, j'ai dit ici même, à plusieurs reprises, que j'arrêtais de m'occuper de politique. Puis, il y a quelques jours, j'ai annoncé que j'allais adhérer aux Alternatifs. Ou bien, le fait que je change volontairement de look.

     

    Première contradiction : la politique. J'admets être dégoûté de la politique-spectacle des grands partis de gouvernement, du clientélisme, des « affaires », de la politique via Twitter... mais cette fois, je crois en être sûr, j'ai trouvé le bon parti. Le parti de m'engager pour une cause qui en vaille la peine, la Nature. Loin de moi, vous vous en doutez, l'idée de basculer dans l'objection de croissance, les toilettes sèches, et les notes de 120 € au magasin bio. De toute façon, j'ai toujours besoin de ma voiture, de mon ordinateur, la chaîne Hifi que j'ai acheté récemment me permet d'écouter mes CD en entier... Et je ne me passerai pour rien au monde de mon téléphone portable.

     

    Deuxième contradiction : le look. Sur un coup de sang, que je ne regrette aucunement d'ailleurs, j'ai fait don de TOUS mes tee shirts et sweats Metal à mon meilleur ami, parce qu'ils ne me vont plus depuis des mois, de toute façon, et je me suis commandé un Harrington et un Bombers. Parce que j'avais envie de changer de look. Et j'admets que certains d'entre vous vont se poser la question « Mais le Troll a-t-il viré skinhead ? » Eh bien, NON. Je n'ai pas le centième de la philosophie d'un skinhead, qu'il soit d'extrême-gauche, d'extrême-droite, ou de la Garenne-Bezons. Je reste de gauche, écologiste et humaniste, opposé à TOUTES les discriminations et à TOUS les totalitarismes.

     

    Et ce n'est pas mon look de paramilitaire confirmé qui pourra faire penser le contraire, vous savez très bien que l'habit ne fait pas le moine... et que bien souvent, les pires fascistes sont vêtus « casual », c'est à dire « passe-partout ». Mais je ne veux pas me fondre dans la masse, ni politiquement, ni vestimentairement. Encore moins culturellement ou spirituellement : je tiens à mes croyances, et au Metal, qui m'accompagnent chaque jour que font les Dieux.

     

    Alors, comment expliquer mes contradictions (qui ne sont pas dangereuses pour autant) ? Peut être par des réminiscences de ma maladie, ou bien par une envie trop prononcée de me démarquer, ce qui me fait partir « dans tous les sens », et fait passer ma foi en l'Humanité des fleurs bleues aux 36èmes dessous en moins d'une heure. Ne m'en voulez pas, c'est ainsi... du moins pour le moment. Il faudra tout de même que je me décide à en parler à mon psychiatre. Donc oui, j'assume mes contradictions, même si j'admets que je vivrais bien mieux sans elles.

     

    Chers lecteurs et amis, je vous souhaite une bonne soirée.

     

    Troll.

     

    « Le syndrome des "pris en otage".Metal et apparence... »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Hellxtrem
    Mercredi 11 Mars 2015 à 01:23

    j'ai envie de dire; moi qui ai fait 7ans de théâtre ;  j'aime me mettre dans la peau de mes personnages. Vivre pleinement un rôle; c'est le ressentir au fond de toi,  au point de devenir l'espace de quelques instant la personne que tu dois  représenter. Eh ben mon vieux, je peux t'assurer que les différentes façons de penser qu'il faut te mettre en tête n'arrange pas la tâche; alors je ne dirai au final que ceci: il n'y a que les cons qui n'changent  pas d'avis ^^

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :