• La tribune du Jay : nouveau départ !

    Bonjour chers amis et chers inconnus,

    Si je prends le clavier ce soir, c'est pour vous donner de mes nouvelles et vous faire part de mon état d'esprit du moment.

    Comme vous le savez (ou pas) j'ai retrouvé un emploi mi décembre dans une entreprise d'assistance aéroportuaire. Tout allait bien et ce job me plaisait mais (l'emploi de l'imparfait vous l'aura fait deviner) voilà que vendredi je reçois un avis de passage pour un recommandé. N'étant pas la le samedi, je suis allé le récupérer lundi matin.

    Bien que je m'y attendais quelque peu, la nouvelle m'a quand même fait un choc : ma période d'essai touchant à sa fin, je n'étais pas reconduit pour la suite de mon contrat.

    Alors que je me sentais bien dans ce job, que je faisais tout mon possible pour en faire le plus possible, j'apprends lâchement par une lettre d'un chefaillon, que je ne connais pas, que je suis tout simplement viré.

    Étant donné que cette lettre comportait quelques inexactitudes, j'ai enfourché mon vélo et me suis rendu sans attendre à l'aéroport afin d'avoir plus d'explications.

    En effet, la lettre est tournée comme si c'était moi qui avait rompu ma période d'essai.

    Et la on me confirme en effet que je suis renvoyé.

    Les motifs ? Pas assez énergique, pas assez vif... Bref un beau concert de pipeau.

    Ce soir j'ai eu un autre de mes désormais anciens collègues : il m'a appris que nous sommes cinq dans cette situation. Cinq personnes mises dans l'embarras (et je reste poli) sans raison aucune et ce de la façon la plus lâche qui soit.


    Me revoilà donc une nouvelle fois à la case chômage .

    Vu mes antécédents dépressifs, la nouvelle fut dure à encaisser, mais je me suis tout de même motivé et ai décroché un entretien pour un poste de facteur.

    Je me suis aussi inscrit à un contrat pro pour cette même profession qui me plaît beaucoup.

    Si je dois faire ma carrière sur un vélo ou en voiture jaune, alors soit, ce sera avec plaisir. Mais je pense que je ne resterai pas des années dans cette région bien trop artificielle pour moi.

    Eh oui, Bourguignon un jour, Bourguignon toujours.

    Chers amis je vous souhaite une bonne continuation et n'oubliez pas, il faut inverser la courbe du chômage...

    « Blessures de l'âme, les conséquences...Quêtes d'identité ! »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :