• Lassitude, déchéance, abandon, mort clinique.

    Bonsoir, chers lecteurs et amis.

     

    Je sais ce que vous pouvez penser, « comment, pas de texte du Troll depuis deux semaines ? » Eh oui, disons que j’avais un peu la flemme d’écrire quelque chose qui vous fasse réagir, qui me pousse à mobiliser mes méninges, qui me force à une énième divagation rédactionnelle à la caféine (sans recours à aucun psychotrope illégal, vous vous en doutez). Mais j’ai soudainement pris conscience, et à la lumière des événements (ou plutôt des non-événements) récents prenant part sur ce lamentable assortiment, tantôt de bien-pensance où des paroles comme celle de votre serviteur seraient « coupées au montage », tantôt de voyeurisme assumé assorti de pornographie à peine voilée, et bien souvent, de divulgation de ce qui est strictement privé pour un être humain, et qui ne devrait pas être déclaré sur un média rassemblant un million de « fanzouzes » à l’heure de grande écoute. Eh oui, reviens Yves Mourousi, ils sont devenus fous… Je parle bel et bien de ce pitoyable dégueulis sonore et visuel fonctionnant 24/24 heures chez les plus frénétiques de ses défenseurs, entraînant inévitablement la fonte du cerveau et sa volatilisation par les oreilles ou le nez… La télévision Française actuelle.

     

    Et je n’ai pas honte, non, je le dis bien haut et bien fort à qui me le demande, je n’ai pas honte de penser que de plus en plus de gens vont finir par s’en lasser, par l’abandonner (soit par la revente aux ultimes fanatiques, soit par destruction en déchetterie), et, de fait de la diminution de la « masse de temps de cerveau disponible », la pousser à la déchéance… En attendant bien sûr ce que j’appellerai volontiers « le grand soir de la vraie culture ». C’est à dire la coupure totale, irrémédiable et définitive, de toutes ces conneries.

     

    Je me refuserai de tout amalgame avec le moindre tyran ou salopard politique de l’Histoire de notre monde, mais je pense que la télévision connaîtra le même sort que certains d’entre eux. C’est à dire, la montée en puissance de mouvements, d’entités, de rassemblements de gens ayant volontairement fait le choix de SE PASSER DE TV, et, voyant ses fidèles réduits à un nombre ridicule par une sorte de mouvement d’opposition à la société du spectacle, du buzz, de la télé-Twitter (je ne cite pas de nom, mais vous l’aurez reconnu…), l’écran noir sera inévitable.

     

    Je n’ai aucun espoir que la télévision et les chaînes qui la composent (qu’elles soient publiques, privées, payantes ou gratuites) ne devienne meilleure un jour, surtout pas en France. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il faut remonter aux années 1980 pour pouvoir comprendre, expliquer, étayer mon raisonnement. Par la même, je souhaite remercier du fond du cœur les réalisateurs et intervenants d’un documentaire (passé à la télévision, ironiquement) nommé « Temps de cerveau disponible ». Le voyeurisme à la télévision est apparu suite à la refonte du bouquet de chaînes françaises. L’ancienne entité, entièrement au service et aux pied de l’État (ce qui était appelé l’ORTF) a été dissoute, en trois chaînes. La 1, Antenne 2 et FR 3. La 1 est rapidement passée du statut de « chaîne publique » à celle de « machine à business », pardon, chaîne privée. Qui plus est aux mains de la famille… Bouygues. Ahah ! Antenne 2 et FR3 sont restées publiques. Mais la transformation a pris un autre aspect, dans le sens où les réalisateurs et les patrons de chaînes, travaillant maintenant main dans la main avec les publicitaires et les marques affidées, voulaient des émissions pour « faire vendre ». Captiver l’esprit, pour mieux le préparer à la pub qui arrivait. La suite ? Canal + est née en 1984, première chaîne cryptée à péage (quand on voit ce qu’elle est devenue aujourd’hui, par la main de fer d’un homme dont tout le PAF a peur de prononcer le nom…), ensuite, la 5 (financée par Berlusconi), devenue plus tard « La Cinquième », a tenté d’innover. Ce fut un échec retentissant. Rebaptisée France 5 des années plus tard, et en coopération avec la chaîne allemande Arte, elle a repris des couleurs. C’est à la limite une des rares chaînes qui vaille la peine d’être regardée. La foudre, plutôt le double éclair (car la foudre tombe toujours deux fois au même endroit) fût la création de ce qui s’appelait au départ « Métropole Télévision », et ce qui est vite devenu M6.

     

    Sur beaucoup de ces chaînes, dominaient le soir des programmes « crypto-psychologiques », visant à exhiber sa vie privée aux téléspectateurs, sans complexes, allant parfois jusqu’à se foutre à poil en direct, ou à raconter sa vie sexuelle (détails lubriques inclus). Le concept fût maintes fois reconditionné, mais il fallait encore mieux (pire à ma vue). La chaîne anglaise BBC apporta la réponse à TF1 à la fin des années 90. « Le Maillon Faible » apporta la preuve que l’élimination de l’homme par l’homme (dans un jeu) était un élément fondateur des pulsions humaines, aussi dissimulées et malsaines soient-elles. Mais, en 2000, un krach boursier, affectant la quasi-totalité des entreprises liées aux nouvelles technologies (surtout les sociétés ayant misé sur un Internet balbutiant), changea la donne…

     

    Les deux chaînes privées du PAF devaient réagir. Les actions de TF1 et celles de M6 étaient en chute libre. Et une obscure officine de production Hollandaise (Endemol… Une de molle, bientôt deux !) apporta la réponse ultime. La télé-réalité. Une douzaine de jeunes hommes et femmes, enfermés dans un appartement de standing, observés jusque sous la couette et dans les douches par des centaines de caméras et de micros, avec au final, un gagnant (homme ou femme), et surtout, un élément central (mais jamais avoué tel quel), le « quart d’heure de célébrité » d’Andy WARHOL. Ajoutez à cela la promesse d’une belle somme d’argent à l’issue de l’aventure pour l’heureux gagnant, des aventures amoureuses incluant des scènes à caractère sexuel (coupées en diffusion différée, mais trouvables sur Tutube…), des conflits pour savoir « qui est le plus beau, la plus belle, qui a la plus grosse tchatche... » Et vous avez le concept qui finira par ruiner les cerveaux d’une génération entière d’adolescents.

     

    M6 fut la première à entrer dans la danse mortifère, en achetant les droits de « Big Brother » à Endemol. TF1 refusa catégoriquement, et son PDG de l’époque s’enflamma d’une tribune dans « Le Monde ». Sans effet. Surtout que, quelques semaines plus tard, TF1 racheta à une société de production Américaine les droits de Survivor. Qui, adaptée en France, deviendra… Koh-Lanta ! Le succès fut IMMÉDIAT. Et surtout, les placements publicitaires dans ces émissions, qu’ils soient volontaires ou non, le goût pour l’apparat, la mode, les habitudes vestimentaires des « fashion victims » naissantes, tout cela engraissait fatalement aussi bien les marques dans les spots de pub aux heures de diffusion de ces émissions, que les chaînes privées elle-mêmes ! On comprendra pourquoi Patrick Le Lay dira « Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible ». Charlie Hebdo et Groland en ont fait leurs choux gras, à l’époque ! Et encore maintenant, il faut bien le dire… Les caricaturistes et auteurs de ce journal et de cette émission satiriques prenaient comme un devoir de se foutre furieusement de la gueule des participants de la « télé-réalité » comme des chaînes qui la diffusent, et des téléspectateurs !

     

    De fait, je pense que la télévision, qu’elle soit commerciale ou publique, ne mérite que le pire sort que l’on puisse réserver à un média pitoyable. La déchéance, la fin par l’écran noir.

     

    Et je n’ai pas honte de le dire. Depuis que je suis installé en appartement indépendant, je n’ai jamais eu un poste de télévision… D’abord parce que je n’avais pas la place, et en plus, parce que je n’en ai pas envie ! Je trouve tous les documentaires sur les sujets qui me passionnent sur Youtube ou Dailymotion, je trouve tous les contenus humoristiques qui me plaisent sur les mêmes serveurs de vidéo en flux continu, idem pour la musique que j’adore (qui, de toute façon, ne passe jamais à la télévision…)

     

    Mort à cette lanterne à conneries, autour de laquelle gravitent inévitablement tous les connards gominés et toutes les connasses siliconées, tels des phalènes affolées par la lumière d’une ampoule… (Une phalène est un papillon de nuit, et pour en avoir dégommé quelques uns, je sais comment ils fonctionnent ^^)

     

    Mort aux cons. Vive la liberté.

     

    - Troll

    « Les derniers des Mohicans...Je suis païen et je le reste. »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :