• Les terres incultes.

    Bonsoir, chers amis.

     

    Ce soir, un nouveau texte, sur un sujet qui me préoccupe, qui me touche, et qui touche d'ailleurs peut être certains d'entre vous : pourquoi laisse-t-on volontairement mourir certaines villes, certaines régions entières ? Pourquoi les fait-on devenir des réserves à cas sociaux, crasseux, alcooliques et toxicomanes ?

     

    Prenons l'exemple de Vierzon, si vous le voulez bien. A la fin de la Seconde Guerre Mondiale, c'était une ville florissante, le plein emploi était là, notamment par le biais de l'usine CASE, construisant divers engins de chantier. Mais cette usine a fermé, suivie par d'autres, et la ville a commencé à... mourir, je n'ai pas d'autre mot. Témoin cette série d'articles dans Libération, où les agents immobiliers notamment disent que « des cars entiers » de bénéficiaires d'aides sociales, avaient atterri dans leur ville, année après année, le scénario se répétait. Au détriment de ceux qui voulaient travailler, maintenir une activité commerciale dans les vieilles rues, bref, faire bouger la ville. Eh bien non, il fallait de l'immobilisme, de l'assistanat, de la crasse. Un autre exemple ?

     

    Clamecy, alors. Sous-préfecture de la Nièvre, « terre d'expérimentations » des élus socialistes s'il en est. Même scénario que pour Vierzon, le tout chapeauté par une équipe municipale réélue de mandat en mandat depuis plus de 30 ans, avec à chaque fois, « quelques voix » d'écart... Bizarrement, pas grand-monde ne s'élève contre cet état de fait, qui là bas, fait office de norme sociale. C'est ainsi qu'un campement de gens du voyage posant problème n'a été que « déplacé », et que des tranchées ont été creusées aux abords de nombreux espaces verts pour empêcher ces sympathiques personnes d'envahir les pelouses avec leurs magnifiques caravanes (payées grâce au RSA, tout le monde le sait !) Avec les nuisances qui leur sont coutume (dépôt de déchets, petite délinquance, nuisances sonores...), la vie est devenue un calvaire pour les habitants de certains quartiers... Mais bon, « tout va bien à Clamecy ». Vous en doutez encore ? Et pourtant, ce n'est que la vérité, je l'ai constaté par moi-même, et le Jay opine du chef, il est de la région. Encore ?

     

    Parlons donc de... Guéret (eh oui !), 14000 habitants, préfecture de la Creuse. Là, c'est différent : les campagnes, puis la ville, se sont vidées peu à peu de leurs habitants du fait de l'exode rural, et le département ne compte qu'une poignée de moyennes entreprises. Ici, beaucoup de choses dépendent encore de l'agriculture, ou de l'artisanat. Ajoutons à cela des emplois administratifs, et le tableau est complet. Là aussi, la pauvreté sociale et intellectuelle paraît « normale », si bien qu'il est très facile d'attraper la gale, ou autres maladies dues à la crasse... Un comble, en 2014, vous ne trouvez pas ? D'ailleurs, votre serviteur a attrapé une pneumopathie, vraisemblablement par le contact prolongé avec les crasseux précités, dans un centre de formation. Est-il normal aujourd'hui, que certaines personnes croisées dans la rue portent les mêmes vêtements... voire sous-vêtements, depuis un an ?

     

    Je tiens à préciser ici que je vis, ou plutôt je survis, grâce à l'AAH, Allocation Adulte Handicapé, suite à ma maladie qui m'empêche de retravailler en tant que chauffeur routier. J'ai un toit au dessus de la tête, de quoi changer de vêtements tous les jours, de quoi me laver à la même fréquence, et que je ne rechigne pas à aller chez le médecin pour quelque chose que mon pharmacien préféré ne peut aider à soigner. De même, j'ai largement cotisé par le passé, donc je ne rentre pas DU TOUT dans la définition précitée du « cas social ». Il vous en faut encore, vous qui douteriez de ma bonne foi ? Franchement, si je pouvais retravailler en tant que chauffeur PL, je le ferai de bon cœur.

     

    Bizarrement, ce sont souvent des villes du centre de la France, ou en tout cas étant situées sur « la diagonale du vide », qui sont victimes de ce pourrissement... Qu'attendent les politiques de tout bord pour provoquer un sursaut de dynamisme, des investissements massifs dans l'industrie locale, une rénovation en profondeur des réseaux routier et ferroviaire, bref, remettre la machine en route ? Non pas que je croie en la théorie du complot, mais bizarrement, ce sont toujours les cas sociaux dont j'ai parlé, les premiers pour râler, ou voter FN une fois dans l'isoloir... Alors, ce serait pour porter ce parti au pouvoir ? Un plan énorme de décrépitude des territoires ruraux, depuis quatre décennies ? Je n'arrive pas à le croire. Et vous ?

     

    Bonne soirée, chers lecteurs et amis.

     

    Troll.

    « Projet : Pass the Kingdom.La liberté qu'on assassine... »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :