• Pourquoi suis-je schizophrène ?

    Bonjour, chers lecteurs et amis.

     

    Voici donc un texte sur ma maladie, mais aussi sur mon existence passée et présente... sur une vérité dont je n'ai plus peur. C'est à dire le « pourquoi » de ma maladie.

     

    Pourquoi donc ai-je été pris d'une violente BDA (Bouffée Délirante Aiguë) à l'été 2010, sans signes avant-coureurs ? Par tous les Dieux, pourquoi ? C'est pourtant bien simple, mais un peu long à raconter.

     

    Déjà, l'emploi que j'exerçais à l'époque, chauffeur routier, était très stressant et pourvu de nombreuses responsabilités, surtout en ce qui concerne les matières dangereuses en citerne... Je n'avais droit qu'à des nuits raccourcies sur des aires d'autoroute bien souvent miteuses, et à des week-ends abrégés par un appel soudain de mon exploitant... En plus (et vous l'apprendrez sur Chemin de Haine), il a fallu que je ne prenne pas soin, trop pressé que j'étais de repartir, d'arrimer correctement une dizaine de cales en bois... Ce qui m'a valu une magnifique révérence sur la bande d'arrêt d'urgence de l'autoroute, vers Lyon, un jour de Juin 2010... quand ces cales sont tombées sur la route, et ont entraîné deux crevaisons sur un autre véhicule... Véhicule conduit par un membre de la communauté des gens du voyage, fût il nécessaire d'en rajouter...

     

    Ensuite, le terrain familial. Je n'en ai jamais parlé sur Dernier Bastion, mais je ne connais qu'à peine mon père. Il nous a abandonné, ma mère et moi, alors que j'étais encore un bébé... Sans donner de nouvelles évidemment, pour aller « refaire sa vie » aux États-Unis. Et ce sont ma mère, ainsi que mes grands-parents maternels, qui m'ont élevé, et qui m'ont fait devenir ce que je suis aujourd'hui. J'ai revu mon père deux fois, à l'âge de 12 ans, ce fut à la fois une grande joie, mais également une déception sans égal après coup : j'ai compris que ce n'était qu'un « grand gamin », comme on dit... Évidemment, cela n'aide pas dans la construction d'une situation psychique équilibrée. Tous les psychiatres s'accordent là dessus...

     

    Le passif psychique ? J'y viens. J'ai donc traîné une dépression nerveuse, bien enfouie en moi, depuis l'âge de 17 ans il me semble. Je me souviens avoir pris du Prozac, prescrit par mon médecin traitant. La dépression s'est en fait retranchée dans les profondeurs de mon esprit, sans que je n'en prenne conscience avant 2010, donc. Et, pour en finir avec mon père, il se trouve qu'il aurait eu des problèmes psychiatriques étant jeune, et comme cela serait (en partie) génétique...

     

    Enfin, la culture. Depuis 2005, je suis amateur de musique Metal et de l'univers culturel qui tourne autour. Et j'ai été en contact rapproché avec un sataniste convaincu, entre 2008 et 2010... Vous vous doutez donc de l'influence que cela a eu sur le déclenchement de ma souffrance... dont je vis encore aujourd'hui les séquelles. Je le répète autant que possible : je n'ai rien fait de mal. Si quelqu'un a procédé à des rituels immondes, à des cérémonies occultes et à de condamnables profanations, ce n'est pas moi. Je le sais, j'en suis sûr. Malheureusement, la musique Metal, surtout extrême, fait peur à beaucoup de gens, et l'association d'idées est vite faite... C'est pour cela également que j'ai décidé de mettre un terme brutal et définitif à mon look de « metalleux », cela ne m'apporte en effet que des regards bovins, et bien peu de « reconnaissance »...

     

    Et je rajouterai ceci, rapport à ma corpulence : j'ai toujours eu un problème de poids. Et malheureusement, celles et ceux qui peuplent les cours de récréation des écoles, collèges et lycées sont très enclins à se moquer, voire à menacer quelqu'un un tant soit peu différent. Autant vous dire qu'avec ma surcharge pondérale et mes lunettes, j'étais une cible toute faite pour « les autres ». Sans parler du fait que, à l'époque où tout le monde jouait aux « Pokémon » ou autres modes à la noix, je préférais lire des livres sur la Seconde Guerre Mondiale, les trains, le climat, ou bien l'Encyclopédie... Bref. Encore une fois, cela n'aide pas. Et, à ceux qui en douteraient encore, je dirais que j'ai eu mon premier téléphone portable à l'âge de... 16 ans. Au lieu de 9 ans en moyenne actuellement... Qu'en dites vous, vous qui prétendez que l'existence Facebook est loi divine ?

     

    Mais, aujourd'hui, combien de ceux qui se moquaient de moi ou me menaçaient, peuvent se vanter d'avoir un parcours comme le mien, de l'armée à la navigation fluviale, du transport routier à l'entreposage, en passant par le commerce ? Et un CV aussi varié que le mien ? Pas beaucoup... Pour certains, ils sont au chômage de longue durée, ou en prison, ou entre quatre planches. La vengeance est un plat qui se mange froid, vous le savez bien.

     

    Les schizophrènes, les dépressifs, les bipolaires n'ont besoin que de deux choses : être écoutés, et être soignés correctement. Ainsi, ils peuvent reprendre une existence normale et fructueuse ! Honte à celles et ceux qui ne voient en nous que des êtres dangereux, donc à fuir, asociaux, et n'ayant aucune envie dans la vie.

     

    ----------------------------------------------------------------------------------------

     

    Maintenant, je n'ai plus qu'une envie : VIVRE. Être libre, de corps, d'esprit et de culture. Réaliser mes rêves, peu importe le temps que cela me prendra. Et je sais avec certitude que j'y arriverai... quand bien même mes rêves les plus fous sont : un appartement deux pièces à Guéret, un poste de magasinier ou cariste dans la même ville, une Volvo 240 comme instrument de mouvance, une collection de timbres... Et toujours, des livres et de la musique. Ni plus, ni moins.

     

    Je vous souhaite un bon week-end.

     

    A bientôt, chers lecteurs et amis.

     

    Troll

     

    « La liberté vous fait peur ?Paganisme en sommeil... »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :