• Préjugés et solutions pour le vélo urbain !

    Bonsoir, chers lecteurs et amis !

     

    Voici donc un article dans cette nouvelle rubrique « Vélo urbain... ou pas », qui, j'en suis sûr, ravira tous les cyclistes faisant partie de mes lecteurs habituels ou plus occasionnels ! Je vais vous parler maintenant des idées reçues et préjugés divers sur la pratique du vélo en ville et zone urbaine. Ça risque d'être un peu long, alors accrochez-vous à votre souris ^^ On y va ? En selle !

     

    Depuis le choc pétrolier de 1973, bien peu de Français cherchaient des alternatives viables à la toute-puissance automobile (ou motorisée en général), dans les zones urbaines où l'on pouvait s'en passer. Beaucoup de Franciliens ont commencé à prendre les transports en commun, de même que de plus en plus d'urbains ailleurs en France... Notamment à Lyon, Grenoble, Nantes, Lille, Strasbourg, Montpellier, Nice ou Bordeaux, grâce au retour en force d'un lézard écolo : le tramway !

     

    Si les réseaux de transports en commun des grandes villes sont en général fiables, bien conçus, avec des structures plutôt propres et bien entretenues, ce n'est pas le cas sur Paris et en région parisienne, où les retards, incivilités, pannes, grèves s'accumulent, année après année. Alors, qu'ont fait les Français qui ne voulaient plus prendre la voiture ou la moto pour aller au travail (ou tout simplement qui n'en avait jamais eu), et qui frôlaient l'overdose de RER sentant la transpiration et autres liquides issus du corps humain ? Ils ont ressorti leur vélo ! D'où la mode grandissante du vélotaf.

     

    [Aparté] Quand bien même je respecte et encourage les gens qui vont au travail en vélo, je ne peux pas blairer certains « vélotaffeurs » imbus d'eux-mêmes. Vous savez, le genre qui est ingénieur en tarte à bouzin ou chef de projet en truc-machin, donc qui gagne 3500 € (voir plus) chaque mois, qui vit dans un quartier ouvertement bobo, qui fait ses courses dans des épiceries alternatives, et qui vient expliquer au populo ce qu'est la décroissance ! Si si, dans le cas où vous habitez en ville, vous en avez certainement déjà croisé un ou plusieurs. [Fin aparté]

     

    Voici maintenant les quelques préjugés et idées reçues qui me viennent, sur la pratique du vélo urbain.

     

    => La pratique du vélo urbain est dangereuse...

     

    FAUX, ce sont les voitures, scooters et motos qui sont dangereux, du fait de leur puissance, de la capacité de leurs conducteurs à s'arroger tous les droits de priorité sur les cyclistes et piétons, du fait des ouvertures de portières intempestives une fois stationné, des dépassements dangereux (je rappelle ici qu'il faut laisser 1 mètre d'espace en cas de dépassement en agglomération, 1,50 mètre hors agglomération) et autres comportements agressifs.

     

    Hélas pour ceux qui tiennent ce genre de raisonnement stérile, le tabac, l'alcool, les accidents de la route n'engageant pas de cyclistes tuent beaucoup plus de gens que les accidents de vélo. Si c'est comme ça, ceux qui ont peur de tout n'ont plus qu'à vivre dans une bulle hermétique chez eux, et surtout à ne plus en sortir ! Évidemment, il y a des cons partout, même chez les cyclistes, mais remarquez que la conduite d'un véhicule à moteur apporte une sensation dangereusement euphorisante ou stressante et « pousse-au-crime ».

     

    => Le vélo est trop cher, je ne peux pas me le permettre...

     

    FAUX. Eh bien vendez votre voiture, scooter, moto si vous habitez en ville et que vous pouvez prendre le vélo à la place pour aller au travail et faire vos courses ! Vous verrez, vous pourrez vous payer un beau vélo. Et vous ferez des économies substantielles ! Combien coûte un changement des 4 pneus sur une voiture basique ? Au bas mot 250 €, main d’œuvre incluse. Combien coûte le changement des deux pneus sur un vélo ? Le prix des pneus si on le fait soi-même, autrement dit une quarantaine d'Euros !

     

    Vous pouvez également, dans les villes qui en bénéficient, vous offrir un abonnement de vélos en libre-service, en général ça coûte une poignée d'Euros chaque année, et pas besoin de garage, cave ou local à vélo ! Il vous suffit de le prendre et de le laisser à une station.

     

    Le vélo n'a pas besoin d'assurance (hormis votre responsabilité civile), ni de carburant fossile pour rouler (seulement celui produit par votre corps), ni de stationnement difficile à trouver et payant, encore moins de contrôle technique ou de carte grise ! A vous de voir ^^

     

    => En vélo, on est à la merci des conditions climatiques...

     

    VRAI ET FAUX. Certes, il est plus agréable de véloter sous un soleil éclatant, que sous la pluie battante. Mais une fois que vous aurez vendu votre véhicule motorisé, vous pourrez largement vous offrir une tenue complète pour chaque saison ! Prévoyez tout d'abord un cuissard confortable, un court pour l'été et un long pour l'hiver. Pour la simple et bonne raison que le pantalon de type « jean » mouillé et le frottement poussent au développement d'un écosystème digne du Marais Poitevin au niveau de votre entrejambe ^^

     

    Continuez avec une bonne paire de chaussures, et des sur-chaussures pour vous protéger de la pluie et du froid. Évitez autant que possible les chaussures de type « botte » ou pire, les Rangers et New Rock ! Pour le haut, trois épaisseurs s'imposent. La première (en partant de votre peau) est un tee-shirt anti-transpirant. La seconde est une veste d'hiver ou de mi-saison, pour couper le froid. Et la troisième peut être un simple poncho ! Les gants sont à mon sens essentiels, courts en été, longs et chauds en hiver, pour se protéger non seulement du froid, mais aussi en cas de chute ! Et pensez à vérifier l'état de votre monture (pneus, freins, garde-boue et éclairage/catadioptres).

     

    => Et on transpire en vélo ! Avec ce que ça implique comme odeurs...

     

    VRAI. Cela dit, une tenue appropriée, voire une douche à l'arrivée au travail avec changement de vêtements vous éviteront des remarques de vos collègues ^^ Ce n'est pas la transpiration en elle-même qui sent mauvais, mais son contact avec le coton. Et, plus on s'habitue à l'effort, moins cela dégage d'odeurs incommodantes !

     

    => Je risque malgré tout de me faire voler mon biclou !

     

    VRAI, hélas pour nous. Cependant, quelques précautions élémentaires suffisent à éviter ce désagrément. Commencez par ne jamais stationner votre vélo dans la rue pour la nuit (si vous ne pouvez faire autrement que le monter dans votre logement, passez au vélo pliant). Optez pour DEUX antivols de qualité (les U de moto renforcés à la céramique sont plus qu'indiqués, les meilleurs résistent à 20 minutes de disqueuse... ce qui attire l'attention ^^), et non ces saletés de câbles en acier bon marché.

     

    Car un « bon » voleur de vélos aura toujours sur lui une pince Monseigneur ou équivalente... Évitez également les chaînes en acier et le cadenas basique, pour la même raison. Ajoutez à votre équipement cinq écrous antivol (deux pour chaque roue, un pour la selle) et vous serez paré ! Il est également indiqué de faire marquer son vélo par un « tatouage » inamovible, renseignez-vous auprès de la Fubicy ^^ Une autre technique consiste à avoir un vélo ancien, qui semble sortir de la grange... Ou un VTT d'entrée de gamme des années 90, bariolé comme pas possible.. Ces deux-là n'attireront que peu de convoitise !

     

    => Un vélo, c'est bien, mais ça ne dure jamais longtemps niveau fiabilité...

     

    VRAI ET FAUX. Tout dépend en fait le prix que l'on y consacre. Il paraît évident que les vélos de supermarché sont déconseillés au vélotaffeur, du fait de leur mauvaise qualité, et de leur espérance de vie ne dépassant pas deux ans en bon état ! Les grandes surfaces spécialisées (Decathlon, Intersport) peuvent proposer des vélos de qualité, mais comptez tout de même 400 à 600 € pour avoir une bonne machine dans ces deux enseignes. Évidemment, les vélos de la meilleure qualité sont les plus chers ! Surtout ceux fabriqués de façon artisanale. Cependant, des firmes de confiance comme Lapierre, Gitane, Orbea, Cannondale, Giant, VSF Fahrradmanufaktur, Kona Bikes, Trek et d'autres, construisent des vélos de très bonne qualité, accessibles presque à toutes les bourses selon ce que vous recherchez. Il convient de faire réaliser l'entretien de son biclou une fois par an par un vélociste, ou de le faire vous-même si vous avez le matos correspondant ! En fait, si la clientèle des vrais vélocistes est toujours fidèle, celle des hypermarchés ou des vendeurs de vélos « bas de gamme » est tout à fait « jetable »... Vous avez compris, amis lecteurs !

     

     

    Voilà, je crois que j'ai fait le tour, plus ou moins ! Si vous avez des suggestions, des remarques, n'hésitez pas à poster un petit commentaire, ça me fera bien plaisir ^^

     

    A bientôt, chers amis et lecteurs !

     

    Troll

    « Vélorution !Un jour, je serai libéré de tout cela... »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :