• Retour malgré tout, et toujours debout.

    Bonsoir à vous tous , chers lecteurs et amis.

     

    Il se trouve que votre Troll préféré a décidé de reprendre son clavier et de se déchaîner dessus pour envoyer ses hallebardes. Eh oui, je suis toujours là, un pied dans mon monde virtuel, et un pied qui essaie de se poser quelque part dans cette société. Vous l'aurez compris, je suis toujours sur Guéret, dans la Creuse. Le moral est plutôt bon, la santé va pas trop mal, et je n'ai pas rechuté. Je compte les jours, les semaines me séparant d'un déménagement salvateur en direction de la Bretagne. Pour ça, je n'ai pas changé de projet personnel, je m'y tiendrai quoi qu'il arrive.

     

    Hors de question en effet, vu mon tempérament d'idéaliste forcené, vu la liberté de penser, de choix et de culture que je ne me gêne pas d'afficher, hors de question donc de rester dans ce trou perdu. Quand bien même il y a 85 % de chances pour que je ne travaille plus jamais en tant que salarié, je ne veux pas finir ma vie ici. Parce que, je n'ai pas honte de le dire, lors d'une discussion élaborée avec une personne que j'apprécie, je me sens étranger ici (et je sais que certains Guérétois de base me le font comprendre, ils n'aiment pas les « envahisseurs », même si j'ai la même nationalité qu'eux). Il est bien évident, aux yeux de ces bouseux n'ayant jamais quitté leur département, que je me marginalise moi-même, en lisant autant de romans et de livres divers que je le peux, en ayant converti mes deux ordinateurs à Linux, en collectionnant les couteaux suisses, en refusant d'avoir la TV chez moi, et en me déplaçant dans ma vaillante Ford. Tant il est vrai que la norme sociale admise ici, pardon, les deux aspects de la norme en vigueur ici, comportent d'un côté l'apparat, la possession, l'adhésion au clientélisme local, un zeste de bourgeoisie que l'on croirait sortie du XVIème arrondissement de Paris, accompagnés par une ouverture d'esprit équivalente à celle du leader Nord-coréen, une voiture neuve tous les trois ans… Et de l'autre côté de l'échelle sociale, « l'ascenseur social » tant vanté par les élites est en panne à la cave, et il pue la pisse. Ainsi dominent la crasse absolue, la gale, la dégaine de putain de sac à patates pour aller voir son banquier, et naturellement, comble de la réussite du populo magnifiée par la culture « grand public », l'Audi A3 TDI pour aller jouer les beaufs en famille à Leclerc.

     

    Dans ma pensée ce soir nimbée de brume à la caféine, je tente de me convaincre chaque heure qui passe, que je ne suis pas un marginal. J'ai ma culture, qui oscille périodiquement entre les vieilles BD de Gotlib, les romans Fantasy ou SF, la Trance ou Psytrance, parfois l'EBM, un peu de musiques du monde, et c'est déjà pas mal. Vous avez dû le comprendre, durant mon absence, ou à chaque billet d'humeur posté ici même : je suis tel que je suis, j'ai mes idées et ma façon de voir le monde, je ne les impose pas. Et mes oreilles surchauffent de devoir à chaque fois me justifier sur ceci ou cela. Idem, mon fond d'espoir en l'humanité est pulvérisé à chaque fois que l'on m'invite à une soirée… Soirée évidemment placée sous le double postulat de la normopathie obligatoire et de la débauche de conneries. Inutile de préciser qu'ils passent « leur » musique. Bah oui, il faut bien que « ça plaise à tout le monde ». Hélas, ça ne me plaît pas. Or mes goûts, je ne les impose à personne. Eux ne font que ça, raisonnent comme ça, et caguent violemment sur tout ce qui ne leur ressemble pas.

     

    Je n'en peux plus, je suis au bout du rouleau, de devoir lutter pour ma culture, de devoir me retenir de pourrir copieusement quiconque me pond une moquerie là dessus, ou me regarde de pied en cap comme si je n'étais qu'une bête de foire. Alors, et cela étonne évidemment tout le monde ici (ou presque), lors des animations qui ne m'intéressent pas, je me retranche volontairement dans la solitude que j'aime tant, interrompue parfois par un message d'un de mes amis authentiques sur Skype ou Facebook. Oui, car vous vous en doutez, il est maintenant inutile et fatigant pour moi de « me faire des amis » dans cette ville-dortoir aux allures de Sarcelles en Limousin. Hélas, les quelques occasions que j'ai eu de ce côté là se sont vite transformées en supplications de faire le taxi, de dépanner en ceci ou en cela, et tant d'autres choses, sans contrepartie financière évidemment. Après, qui ose me qualifie de profiteur… A ces derniers abrutis patentés, je suggère la chose suivante : puisque tu me dénigres, prends donc ma maladie, le traitement que je dois absorber matin et soir, ses effets secondaires, et mon incapacité à travailler. On va voir comment tu t'en sortiras au bout de 6 ans ! Bizarrement, plus de réponse, dans ce cas, leur répartie est d'un niveau insuffisant. Les Guérétois de base (pléonasme), je les appelle maintenant « les alligators ». Il est vrai que le promeneur ne croise pas ces charmantes bestioles à l'étang des Landes, mais le surnom est purement un point commun imagé entre les dimensions du corps de l'animal et le niveau de courage des beaufs (ou des petits bourgeois) locaux. « Grande gueule, petite queue ». C'est ainsi que jamais je ne me suis fait agresser par ce genre de personnes…. Peut être que ma carrure de rugbyman défroqué, mon Harrington, mes Rangers et mon béret font leur petit effet.

     

    Malgré tout, et c'est là l'aspect positif de mes différents projets, j'arrive à m'occuper sans trouver le temps long. Je vends toujours mes services en tant qu'Assistant Informatique et Internet à Domicile, aux particuliers qui en font la demande. Et, forcé de constater que la méconnaissance de l'informatique et de ses dangers par les Creusois (en général) m'apporte un certain nombre de demandes de déplacement à domicile. Alors, je le fais. Pour rendre service, pour tenter de rencontrer des personnes agréables (ça a été le cas jusqu'à maintenant, espérons que cela dure), pour sortir un peu de chez moi bien sûr, et pour gagner un peu d'argent. Cela marche pas trop mal jusqu'à maintenant, une bonne dizaine de clients depuis le mois de Novembre, j'ai environ un ou deux appels par semaine. Du tout bon, donc. Les retours sont en général positifs, j'ai par exemple eu un appel d'un ancien client, pour qui j'ai installé Ubuntu sur deux PC de bureau. Il était comblé, et comme il me disait « Mes PC tournent rapidement, ils n'ont jamais fonctionné aussi bien sous Windows ! » Qui plus est, il trouvait que j'avais réellement la « fibre commerciale » (ça alors, je ne m'y attendais pas du tout) et que je devrais passer en auto-entrepreneur. Et pourtant, je ne m'en sens pas le courage. Pour plusieurs raisons. Déjà, la paperasse et les charges (à la première année d'exercice, on vous assomme). Ensuite, je ne suis pas sûr que l'activité  me rapporte assez pour que cela soit réellement intéressant sous ce statut. Enfin, une micro-entreprise est un truc sérieux, stressant et épuisant, d'autant plus en cas de maladie psychique. De fait, je resterai rémunéré en CESU, ça ira bien.

     

    Pour le reste, je ne fais qu'expédier les affaires courantes : rendez-vous chez mon psychiatre, un peu de rangement ou de ménage, quelques courses, relever le courrier, et c'est déjà pas mal. J'ai fait ma demande de HLM en Bretagne il y a maintenant trois mois, j'attends patiemment la réponse. En tout cas, je suis sûr de deux choses. Je vais obtenir un HLM en Bretagne, que ce soit sur Brest, Quimper ou dans une autre bourgade bien plus vivable (et vivante) que Guéret… Et je continuerais ma nouvelle activité une fois installé à la pointe. Mieux encore, j'ai eu récemment une excellente idée pour rendre encore plus service aux gens. Il s'agit de proposer de petits ateliers informatique, sur une ou deux heures, sur plusieurs thèmes distincts, mais reliés entre eux par un fil conducteur. Ce fil conducteur, c'est la sécurité sur Internet et les réseaux sociaux, tant il est vrai que beaucoup de nouveaux internautes (surtout les retraités) n'ont pas vraiment été informés des risques qu'ils peuvent prendre… Reste à trouver un centre social ou une salle disponible (ici ou en Bretagne), un peu de matériel, et surtout des participants. En tout cas, je pense que l'idée sera plutôt bien accueillie. Et si en plus, je peux faire un peu de « retape » pour Linux, en espérant convaincre quelques personnes, j'en serai ravi.

     

    Je ne vois pas quoi dire d'autre, à part ceci : je ne baisserai jamais les       bras dans la réalisation de mes projets. Je ne me laisserai pas insulter, moquer, regarder comme un quartier de viande sans répondre immédiatement, sans ambiguïté quant à mon humeur. Vu la situation, impossible de combattre par la force physique, alors je me contenterai de me défouler dans une répartie impeccable et lapidaire à l'encontre du prochain reliquat d'humanité qui osera essayer de me pourrir la journée. J'ai trop vécu d'humiliations personnelles, de dévalorisation, de moqueries durant mes jeunes années, pour continuer à les accepter benoîtement. Sans prétention aucune, mais avec un zeste de réalisme, je dirais que je vaux mieux que ça. Je n'ai pas remporté mon combat contre une maladie qui m'a affaibli pour continuer à encaisser sans répondre. Et ne croyez pas que je sois misanthrope : je suis juste sélectif.

     

    La liberté est à ce prix. MA liberté. Merci à ma famille que j'aime, merci à mes amis toujours présents en cas de besoin. Les autres ? Je les oublierai rapidement une fois que j'aurai foutu le camp d'une ville, d'une région en état de mort cérébrale.

     

    Mort aux cons.

     

    - Troll

    « Coeur de voyageur...L'oligarchie aux manettes... ou pourquoi s'abstenir de voter. »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    ton troll du QC
    Lundi 4 Avril 2016 à 21:09
    Jadore 1000fois se que tu decrit, bravo a toi et continue ;)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :