• Velléités d'exil...

    Bonsoir, chers lecteurs et amis.

     

    Ce soir, c'est le cœur chargé de tristesse que je me présente à vous... Vous le savez, je suis en situation de handicap (handicap léger, je ne me plains pas), et grâce à la considération de la politique Française envers les handicapés, je ne peux plus travailler depuis maintenant 38 mois... Occupé par d'inutiles « procédures de réhabilitation » et autres « bilans neuropsychologiques », qui ne montrent rien, à part quelques difficultés au travail, à mon sens largement surmontables dans le cadre d'un travail de bureau.

     

    Pourquoi ce titre ? Parce que, depuis tout à l'heure... Je pense carrément à m'exiler, à quitter la France. Quitter la France, c'est bien beau, parce que tu crois que l'herbe est plus verte ailleurs ? Pourriez vous me dire. Eh bien oui. J'ai repensé à un ancien projet de départ vers la Norvège, que j'avais il y a 5 ans de cela, quand je n'étais pas encore malade. Je pensais quitter la France, apprendre le Norvégien, m'installer en pleine campagne (ou au bord de mer), et tout simplement, travailler en tant que chauffeur routier ou cariste (idéalement dans une pêcherie ou une scierie). Hélas, la souffrance dont je suis atteint me bloque pour ainsi dire en France...

     

    Cependant, je viens d'en apprendre de belles sur le fonctionnement de l'organisme (Cap Emploi) qui me suit depuis début avril dernier. A savoir qu'ils servent strictement... A rien (on s'en serait douté), à part à mettre des freins volontaires, plus ou moins déguisés, à l'emploi des travailleurs handicapés, à leur formation, à leur reconversion, à leur vie sociale toute entière. Croyez-le bien, je suis dégoûté. Et je ne manquerai pas d'en parler à mon psychiatre la prochaine fois que je le verrai, c'est à dire lundi. Entre-temps, j'ai fait quelques recherches sur la politique sociale du handicap en Norvège, et j'ai été agréablement surpris : d'après plusieurs sources, les institutions locales privilégient le travail des personnes handicapées, au lieu de les laisser croupir comme en France, de même la société est plus ouverte au handicap, et les allocations handicap en Norvège permettent de vivre décemment (ce qui, encore une fois, est tout sauf le cas en France !)

     

    Il y a quelques minutes de cela, une amie m'a dit : « Antonin, Cap Emploi ne sert à rien à part à t'empêcher de faire une formation, de travailler, et te laisser croupir dans un studio avec 800 € mensuels, le loyer payé par le contribuable ! » Comme je la comprends... Car elle est dans la même situation que moi. Ca fait du bien de se sentir soutenu... Et de savoir que l'on est pas seul dans ce cas. A vrai dire, l'inutilité fondamentale de Cap Emploi, du Pôle Emploi, et de tant d'autres organismes « sociaux » ne m'étonnent plus, vu ce que j'entends... Non, je ne suis pas naïf, depuis le temps j'ai appris à séparer le bon grain de l'ivraie.

     

    Alors, quelles alternatives au départ ? A part un miracle, comme un emploi dans la fonction publique en Creuse (!), ou un départ volontaire vers un écolieu pour jouer les babas... Pas grand chose. Les Dieux savent que j'aime mon pays, pour sa richesse culturelle, pour ses monuments, pour sa nature... Mais hélas, je le déteste également pour d'autres aspects, comme l'incitation à peine voilée à ne pas travailler et à profiter oisivement des aides sociales, l'abrutissement généralisé par les médias grand public, la soumission à l'idéologie publicitaire, ou l'incompétence totale des services en ce qui concerne le handicap. J'en viens à me demander si j'ai encore ma place dans la société Française. C'est grave, quand même...

     

    J'en viens aussi à rêver de gagner à l'Euromillions (!), encore mieux... Ça vous donne une bonne idée du merdier dans lequel je suis... En plus, quand je vois la prosternation quasi-générale devant notre (future ?) présidente, je me dis que j'ai tout intérêt à quitter la France avant que ça commence à puer sérieusement pour moi. Politiquement, socialement comme au niveau des relations humaines, je ne pourrai jamais vivre dans un pays dirigé par l'extrême-droite. En tant que citoyen ouvert sur le reste du monde, intéressé par tant de choses, je ne pourrai pas vivre entouré par des beaufs racistes, intolérants, prêts à se muer en nervis de leur parti. Je ne pourrai pas vivre dans un pays prosterné devant BFM TV et TF1. Jamais.

     

    Avec tout ce que je viens de dire, je crois que le Premier Ministre est déjà en train de préparer mon arrêté de déchéance de la nationalité Française, je file donc téléphoner à l'ambassade de Norvège. Non, je plaisante, nous vivons encore (heureusement) dans un régime démocratique où la liberté d'expression est garantie.

     

    En attendant des temps meilleurs... Bonne soirée à toutes et à tous, chers lecteurs et amis. Que les Dieux du Nord veillent sur votre Clan.

     

    - Krähvenn "Trollsson" Vargbroder

    « Metal : tout n'est pas rose...Les écervelés et autres fous d'Allah... »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Hepha'
    Samedi 11 Juillet 2015 à 11:54

    Yo!
    Je partage ton envie de quitter la France!

    Par contre, pour ce qui est de l'extrême-droite, il me semble qu'elle est malheureusement encore plus implantée en Norvège qu'en France. Il me semble en effet qu'elle a eu un très gros score aux récentes élections législatives norvégiennes et qu'elle tient une bonne partie de l'assemblée... A vérifier!

    2
    Titi
    Mercredi 2 Septembre 2015 à 16:57

    Je vous comprends. Moi même étant malentendant (sourd à -85db dans une oreille et à -70db dans l'autre), je suis un heureux "bénéficiaire de l'obligation d'emploi" à travers la RQTH ("qualité" de travailleur handicapé) (même Michel Audiard n'y aurait pas pensé), niveau d'étude : Bac +2, survivant au RSA.


    Par contre je suis plus pessimiste que vous. Pour moi nous ne sommes pas en démocratie, et ne l'avons jamais véritablement été. Nous en avons seulement l'apparence. Etant très malentendant, j'ai toujours beaucoup bouquiné, et malheureusement constaté que les gens n'y connaissait strictement rien dans les mécanismes économiques (création monétaire, politique de change, politique budgétaire...), idem en terme d'histoire et de philosophie. Il n'y a quoi lire ce qu'écrivait Voltaire, encensé (à tord) en matière de liberté d'expression :


    "L'esprit d'une nation réside toujours dans le petit nombre qui fait travailler le plus grand nombre est nourri par lui, et le gouverne".


    "Il est à propos que le peuple soit guidé, et non pas qu’il soit instruit; il n’est pas digne de l’être".


    Quant à aujourd'hui, on parle à satiété de "liberté d'expression" dans les médias, étant entendu qu'on ait le droit d'en user et d'en abuser, à la seule condition qu'on ait rien à dire.


    Les gens exigent la liberté d'expression pour compenser la liberté de pensée qu'ils préfèrent éviter.” Soren Kierkegaard.


    Certes, nous ne sommes pas dans une dictature non plus, mais pas dans une démocratie (pouvoir du peuple), mais plutôt une oligarchie.


    Rousseau avait vu juste d'ailleurs :


    "Jamais dans une monarchie l'opulence d'un particulier ne peut le mettre au-dessus du prince ; mais dans une république elle peut aisément le mettre au-dessus des lois"


    Les gens ne sont pas très curieux de nature, et se contente de la pauvreté de leur "bulle" (voiture Renault ou Peugeot, le commérage sur le voisinage...), et cela ne changera pas.


    Sinon je pense aussi à partir à l'avenir, une fois que j'aurais réussi à mettre quelques milliers d'euros de côté, car je ne vois rien qui permette de nous laisser voir les choses s'améliorer, et encore moins l'accession au pouvoir de l'extrême droite, avec encore une chasse accrue au pauvres. Il n'y a pas de quoi rêver dans notre fameuse "démocratie". On a le choix entre le centre droit (le PS), la droite (l'UMP) et l'extrême droite arriviste (le FN).


    La Norvège me semble pas mal (déjà ils ont du pétrole, et une monnaie que ceux qui ont de l'argent s'arrache, la confiance au dollar et à l'euro étant plus qu'érodé depuis une dizaine d'années), et beaucoup moins de chômage. C'est à y réfléchir.

    3
    Mercredi 2 Septembre 2015 à 18:02

    Cher Titi,

    Merci du fond du cœur pour votre commentaire, si vrai, tellement honnête et touchant ! Si vous avez lu mes autres textes (ce que je vous encourage à faire), vous n'êtes pas sans savoir que je suis schizophrène, traité et stabilisé depuis quelques années maintenant. Ce qui, au vu de votre situation de handicap (surdité profonde) me paraît bien facile à gérer au quotidien... N'avez-vous pas droit à l'AAH ? Je sais, pour m'être renseigné sur la question, que certaines Entreprises Adaptées et quelques ESAT (mais ces structures sont rares) accueillent des malentendants pour travailler en atelier protégé, avec encadrement par des moniteurs maîtrisant la LSF, naturellement. N'y avez-vous jamais songé ? Peut être avez-vous épuisé tous les "recours" que la loi nous laisse, nous autres handicapés...

    Il est vrai que j'étais relativement optimiste, au moment d'écrire ce texte, sur le côté "démocratique" des institutions Françaises. Ce n'est plus le cas aujourd'hui... Je me dis juste que, si je suis poussé vers la sortie de Cap Emploi sans solution valable, je ferai en sorte de louer un logement social en Bretagne Sud, avec quelques meubles d'occasion, un vieux biclou ou même plusieurs pour remplacer ma voiture vieillissante, et "roule le Troll"... comme je l'ai dit dans un texte daté d'hier soir. Pour le reste, j'appuie votre commentaire fort bien construit (cela se ressent que vous êtes un littéraire !) et très pertinent, sur l'ignorance du plus grand nombre. Alors que justement, une société basée sur l'éducation populaire, la simplicité, le respect des droits fondamentaux de l'Humain, quelle que soit sa condition, son sexe ou son origine géographique, ou encore sa religion, et enfin son orientation sexuelle... Eh bien, ce modèle de société permettrait d'en finir une fois pour toutes avec cette lamentable société de l'apparence, de la possession, de la norme et de la puissance par la consommation, société dans laquelle ni les handicapés, ni les gens que l'on appelle pudiquement "accidentés de la vie" n'arrivent à trouver leur place. Vous avez mis le doigt dessus, si je puis dire : nous vivons dans une oligarchie. Le président actuel ne gouverne pas. Pas plus que le gouvernement ou l'Assemblée Nationale, encore moins le Sénat ou le Conseil Constitutionnel. Seules comptent les volontés du MEDEF, de quelques grosses fortunes et gros argentiers, les lubies des lobbys pétroliers, automobiles et publicitaires (entre autres), et la prosternation devant le monothéisme rétrograde... (Je ne parlerai pas de la Franc-Maçonnerie, mais je n'en pense pas moins.)

    J'ai eu envie de m'exiler volontairement, c'est vrai, vu le futur que nous amènerait inévitablement l'accession de... qui vous savez à la présidence du pays : société de haine, de chasse aux étrangers et aux pauvres, de criminalisation des alternatifs (et j'en fais partie), de négation encore accrue de la culture, si c'était possible (en tant que metalleux, je sais de quoi je parle...), bref, une société encore davantage basée sur la compétition, la télé-réalité (que je ne regarde pas), les rivalités de clocher ou de voisinage, la petite vie plan-plan... Et les pavillons de style occitan à Ris-Orangis ou à Digoin, les grosses voitures diesel, tant il est vrai que contrairement à la pratique du cyclisme urbain et à la construction de yourtes dans le Cantal, cela rapporte son pesant de cacahuètes plaquées or à l’État et à ses laquais.

    Quand certaines personnes me reprochent mon manque d'ouverture d'esprit à cause de mes goûts musicaux atypiques (aussi bien Metal extrême que Psytrance, Punk rock US ou encore musique Médiévale), je leur montre ma bibliothèque. Laquelle contient au bas mot 75 livres divers et variés, allant de l'intégrale des œuvres de Gotlib à 1984 de George Orwell (dont je pense qu'il avait ô combien raison par anticipation, au moment de l'écriture de cette œuvre majeure), en passant par divers livres ésotériques ou païens, une bonne partie de la collection Warhammer Battle, et d'autres romans inclassables, surtout ceux dont l'action se déroule en Provence, dans les Cévennes ou en Limousin. Bizarrement, après cette constatation de leur part, plus aucune réflexion...

    Je pourrais encore vous "dégoiser" trois pages de rancœur et d'incompréhension de ma part envers cette société, cette France qui n'est plus que l'ombre d'elle-même... Mais je ne le fais pas. Une chose cependant : si vous souhaitez me contacter pour en discuter plus longuement, n'hésitez pas à utiliser le lien du formulaire de contact, lequel est situé en bas du menu "trollesque", à gauche de la page.

    Bon courage à vous, puissent les Esprits veiller sur vous, même si vous n'y croyez pas. Vous avez toute ma sympathie.

    - Antonin "Troll"

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :