• Paganisme Nocturne...

    Bonsoir, chers lecteurs et amis.

     

    Ce soir, j’aimerais vous faire partager une expérience assez intéressante, que j’ai vécu il y a quelques semaines. Une simple promenade nocturne dans un village Breton endormi peut parfois apporter beaucoup…

     

    Minuit approchait, durant cette nuit en pleine semaine, je n’avais rien à faire de particulier, pas sommeil, ni envie de lire un livre. Alors, j’ai choisi d’enfiler mes Caterpillar, de mettre mon Harrington, mon béret, mes bracelets de force en cuir, de prendre un couteau suisse avec moi, et en avant. Muni de ma fidèle lampe-torche Maglite, j’avançais dans l’obscurité, pour quitter les environs de l’immeuble où j’habite. Et, croyez bien que la Maglite se révèle toujours utile dans ce genre de cas. Car, en zone rurale, bien souvent, seule la rue principale et ses environs immédiats sont éclairés la nuit.

     

    Paganisme Nocturne...

     

    Donc, après avoir évité de trébucher connement sur des détritus laissés là par les regrettables déchets humains qui me servent tant bien que mal de « voisins », je prends résolument la direction de l’église. Une ou deux voitures passent, en trombe, la limitation de vitesse à 50 km/h en ville ne semble pas les concerner. Je m’abstiendrais de vous citer les modèles de voitures en question, et le genre de leurs conducteurs, vous les connaissez mieux que moi…

     

    Bref, j’arrive vers l’église, que je contourne par le sud-est, ensuite de quoi je rejoins la route nationale. Je traverse, en ayant pris soin d’enlever mes écouteurs de baladeur MP3 : ne tentons pas le diable, même si je ne crois pas en son existence. Puis, je continue vers le nord, car je sais que, non loin de là, une croix de Saint-Patrick orne l’îlot central d’un rond-point. Quelques animaux, tout aussi nocturnes que moi ce soir là, sont également présents : çà et là un chat prenant peur de ma présence, des lucioles dans un jardin, un hérisson qui traverse le chemin vicinal… Je ne tente pas de le diriger vers le pré voisin, je n’ai pas de gants.


    Paganisme Nocturne...




    Un peu plus loin, j’aperçois une forme semblant rousse, un canidé, avec une longue queue en panache. Un renard ! L’animal reste figé un instant dans le faisceau de ma torche, puis s’enfuit. Ici, c’est courant, à vrai dire, les renards sont tellement traqués par certains chasseurs qu’ils se rapprochent de plus en plus des zones habitées, surtout pour trouver de la nourriture, ou un lieu pouvant leur servir de terrier. Une ancienne grange, un appentis, une cabane de jardin leur conviennent très bien.

     

     

    Paganisme Nocturne...

     

    Le Folk ou Pagan BM résonne dans mes écouteurs. Le ciel est d’une luminosité incroyable ce soir, la Lune est pleine, sans doute une des raisons de mon insomnie. Les principales étoiles et planètes sont parfaitement visibles, Vénus est brillante comme à son habitude, la Grande Ourse et la Petite Ourse sont là aussi. Oh ! Une « étoile filante » ! Vite, un vœu. Voilà qui est fait. Ma sabotée nocturne continue, un propriétaire de maison a laissé sa porte de garage ouverte, alors qu’il semble s’être endormi devant la lanterne à conneries… A quoi sert une alarme, dans ce cas ? Je ne me demande même pas s’il me voit, alors que je suis toujours sur le chemin vicinal. Et quand bien même ? Eh bien, je m’en fous pas mal. Je ne vis pas dans la peur, contrairement à ces gens. Je convertis mes anciennes peurs en bouclier protecteur.

     

    Vous savez, chers lecteurs et amis, dans ces moments de solitude volontaire, on ressent le besoin d’introspection, de réfléchir, de ne plus donner à ses jambes que les impulsions nécessaires pour marcher, et de laisser le cerveau divaguer. Sur le Paganisme, sur la vie en général, sur tant d’autres choses… sur cette nécessité parfois, de s’éloigner un petit moment, même rien qu’une heure, de la « civilisation ». Et, de se sentir aussi minuscule, sous la voûte des Dieux, le visage doucement caressé par une brise qui vous étreint comme un Esprit nyctalope… Ça fait du bien. Ça donne du sens à vos croyances. Oui, ça permet de prendre ses distances avec les représentants les plus cons, les plus beaufs, les plus normopathes de l’espèce humaine.

     

    La fatigue, finalement, commence à reprendre le dessus. Alors, d’un pas assuré, quoique pesant, je reprends la direction de mon antre… Les oiseaux nocturnes peuplent les bruits de la nuit, quelques avions parsèment le ciel des flashs de leurs feux de navigation, l’éclairage public revient, puis s’interrompt alors que j’approche de mon immeuble… Et me voici rentré.

     

    Finalement, j’ai envie de lire un peu. « B.A. BA Tradition Nordique ». Toujours en écoutant du Pagan et Folk Metal… on ne change pas une équipe qui gagne. Surtout, on n’échange pas une équipe de Trolls contre un plein village d’Elfes. Sauf s’il y a des pommes et des bâtons pointus dans le coin, bien évidemment ^^

     

      Bon week-end à vous, chers lecteurs et amis.

     

    - Troll

    « Tellement de voix - So Many Voices (merci au groupe End of Green)Humaniste, moi ? Non, et je l’assume. - Ou comment « faire le tri ». »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :