• Pauvre France qui se meurt...

    Bonsoir, chers lecteurs et amis.

     

    Ce soir, un texte exceptionnellement défaitiste et désabusé, sur l'état de notre pauvre pays. D'ailleurs, si vous me lisez depuis l'étranger, peut être avez-vous bien fait de foutre le camp... Quelle qu'en soit la raison, après tout. Voici la lettre d'adieu que je déposerai volontiers sur la tombe de notre pays.

     

    Pauvre France qui se meurt, toi, pays où le taux de chômage atteint des sommets, et où le pouvoir en place est tout sauf compétent pour résoudre ce problème national... Mais que devons-nous attendre ? Une révolution populaire, pour faire tomber les oligarques qui tiennent réellement ce pays... alors que ce sont bel et bien les ouvriers, cadres et ingénieurs qui produisent les richesses, ou qui contribuent à les produire, ou encore qui font fonctionner tous les services publics ? Un basculement du pays tout entier vers l'extrémisme de droite ? Un coup d'état ? Ou pire encore ? Croyez-vous que laisser tant de gens crever la gueule ouverte dans la misère (qu'elle soit matérielle ou culturelle, j'y reviendrai) soit digne de votre humanité ? Permettez-moi d'en douter... Quand je vois l'état de délabrement de certaines régions et départements, je me sens confirmé dans ma pensée, qui est la suivante : les pouvoirs se succédant à la timonerie du pays ne cherchent qu'à laisser ces territoires en décrépitude, au risque de favoriser l'assistanat, la crasse, et pour finir, amener les fascistoïdes aux portes du pouvoir par la force du désespoir populaire...

     

    Pauvre France qui se meurt, dans laquelle l'inculture atteint des sommets, de même que la soumission à la société des médias et du « buzz » à tout prix... Il faut du strass, des paillettes, des bimbos siliconées pour faire bander le populo, il faut de la culture « accessible » intellectuellement, il faut des bandeaux défilant sans interruption sur les chaînes d'info, il faut de la musique plate et sans intérêt, mais toujours pseudo-rebelle... Alors que les rares personnes qui cherchent à s'informer autrement sont décrédibilisées en permanence. Alors que les Français ne possédant pas de téléviseur passent pour des originaux au mieux, au pire pour des marginaux... Alors que les punks, les metalleux, les gothiques, les babas amateurs de festivals underground sont vus comme autant de dangers potentiels pour « la bonne société », et vivent au quotidien ce que je n'ai pas honte de qualifier de « mise au ban » culturelle. Pauvre pays dans lequel la culture est oubliée, ou salie par autant d'écrivaillons pistonnés sans talent ni âme, par autant de musiciens subventionnés pour nous servir de la soupe... Aura-t-on encore le droit un jour d'écouter, de lire, d'assister à autre chose qu'à leur enterrement collectif de l'intelligence ?

     

    Pauvre France qui se meurt, enterrée sous l'hystérie européenne libérale ! Te laisseras-tu encore longtemps condamner à la déchéance par le pouvoir de Bruxelles, de Francfort ou de Washington, à l'instar de la Grèce, de l'Irlande ou de l'Ukraine ? Je sais bien que la société est tellement mondialisée, globalisée que vouloir mettre un terme à tout ça est quasiment vain. Faudra-t-il un éclatement de la zone Euro, un retour à la monnaie nationale et un effacement global de la dette, pour apercevoir une éclaircie dans ce marasme ? L'Europe libérale et ultra-financière est un échec. Pourquoi ne pas fonder une Europe fédérale, une Europe des peuples, et cesser une bonne fois pour toutes de se laisser marcher sur les pieds par des entités qui n'existent que dans la conscience des puissants ? De même, pourquoi continuer à vouloir accueillir toute la misère du monde en Europe, alors que l'on peut très bien aider les pays d'origine des candidats à l'immigration... Ne trouvez-vous pas d'ailleurs qu'il faudrait déjà que nous nous occupions de nos propres nécessiteux ? Ce serait logique, pas vrai ? Des associations comme celle de feu Daniel Balavoine sont arrivées à faire parvenir l'eau dans des villages africains qui en étaient privés. Ça veut dire que depuis 1985, ils peuvent produire leur alimentation. Au lieu de piller les ressources naturelles qui leurs appartiennent de droit, pourquoi ne pas les aider réellement à développer leur économie, qu'ils puissent vivre comme ils le méritent ?

     

    Pauvre France qui se meurt, toi, pays de toutes les aberrations... Expliquez- moi, si vous le voulez bien, pourquoi après une enquête télévisée sur la pénurie de pétrole annoncée d'ici quelques décennies, nous ressert-on une publicité pour rien de moins qu'un 4x4 de ville? Pourquoi avoir privatisé les chemins de fer, vu le résultat, retards à répétition, incidents et accidents, réseau moribond, matériel roulant indécent d'une puissance mondiale ? Pourquoi s'apprêter à signer le fameux « traité transatlantique » pour importer des poulets au chlore et du bœuf aux hormones, alors même que nos agriculteurs n'arrivent pas à vivre décemment ? Surtout, pourquoi continuer à vendre un mode de vie fait de crédits s'empilant, de grosses voitures, de maisons occitanes à Marne la Vallée, alors que deux millions de familles sont en commission de surendettement... et qu'une voiture d'occasion, petite voire moyenne, suffit amplement ? De même qu'un appartement trois pièces peut loger parfaitement une famille comptant quatre personnes. Pourquoi ?

     

    Mais finalement, je m'énerve, je m'excite, je m'emporte, mon rythme cardiaque monte en flèche...

     

    Et je me rends compte que la France s'en fout.

     

    La France, elle a les meules à Nabilla, le dernier album de Maître Gims, les chaînes d'info en perfusion, et le bouquin de Trierweiler, alors tout va bien. Le reste... on verra demain.

     

    Bonne soirée à tous, et bon courage si vous y croyez encore...

     

    - Krähvenn "Trollsson" Vargbroder

    « Culture Geek - Le Donjon de Naheulbeuk !Vélorution ! »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :